Outil de manager : les positions de Vie

Beaucoup de mes clients me demandent régulièrement des outils pour améliorer leur communication et la relation interpersonnelle avec les autres, qu’il s’agisse de leurs subordonnés, de leurs collègues, ou même de leur hiérarchie. En tant que manager, on a parfois besoin d’avoir des repères, un référentiel de bonnes pratiques permettant de développer sa posture de leader.

L’un des outils qui s’avère très intéressant dans sa compréhension de soi et des autres, autrement dit, la façon d’interagir avec les membres de son équipe, s’appelle les positions de vie. 

De quoi s’agit-il ?

Cet outil est issue de l’Analyse Transactionnelle (AT), méthode élaborée en 1950 par Eric Berne, d’analyse des échanges (verbaux et non verbaux entre deux personnes), visant à étudier la structure de la personnalité et la communication entre les gens, leurs comportements..

Le concept de la position de vie consiste à apprécier :

– la valeur que je me donne à moi-même

– et celle que je donne aux autres.

L’idée positive que j’ai de moi, des autres et du monde, que l’on nomme ici « ok » est  symbolisée par un +, et l’idée négative, que l’on nomme « non ok » est symbolisée par un -.

Il y a donc quatre positions de vie :

Je suis ok / vous êtes ok (+/+),
Je ne suis pas ok / vous êtes ok (-/+)
Je suis ok / vous n’êtes pas ok (+/-)
Je ne suis pas ok / vous n’êtes pas ok (-/-)

Application dans le management :

Le manager va conduire son équipe, lui permettre de monter en compétences, et la fédérer. Pour cela, il a besoin de trouver le juste équilibre entre sa position de leader, qui semble être une position « haute », et sa capacité à considérer la valeur de chaque individu pour lui permettre d’entrer dans une relation saine, de pleine considération, et de coopération.

Pour s’assurer d’avoir une communication juste, constructive, le manager doit réfléchir à sa position de vie avec les autres en général, mais surtout avec les membres de son équipe. Cela lui permet d’évaluer la valeur qu’il leur porte, ainsi que la valeur qu’il porte à sa propre façon de penser, d’agir, de décider.

La position +/+ : dans cette première position de vie, le manager fait preuve d’ouverture et de considération auprès d’autrui et de soi. Il se respecte et il respecte l’autre, il l’accepte tel qu’il est, a conscience de sa valeur et de celle d’autrui : nous sommes égaux. Concrètement, cela implique qu’il considère ce que son interlocuteur lui dit, qu’il lui parle d’une manière adulte, qu’il envisage leur rapport sous l’angle de la coopération et du partage. Il entre librement en relation avec autrui, et assume une attitude de réussite dans ses rapports avec les autres. Il traite les problèmes par la médiation, le dialogue, la justice et la négociation.

La position -/+ : c’est une position qui se traduit par une dévalorisation de soi et une sur-valorisation de l’autre. Le manager apporte de la valeur aux autres, et se sent inférieur ou incompétent.  Il considère l’avis, les paroles, les actions, voire les compétences des membres de son équipe, supérieurs aux siens. De manière général, il considère que l’autre ou les autres sont beaucoup mieux que lui, y arrivent mieux, sont heureux. Il s’agit de manager timide, passif, peu imaginatif et dépendant. Il donne des signes de reconnaissance souvent flatteurs pour les autres, mais  a du mal à les accepter pour lui. Il aura tendance à minimiser ses succès.

La position +/- : à l’inverse de la position précédente, le manager pense qu’il vaut mieux que les autres. Cela se manifeste de deux façons différentes :

– soit il envisage l’autre de manière condescendante « Mon pauvre, tu n’es pas capable d’y arriver, laisse je vais le faire » ,

– soit il l’envisage d’une manière autoritaire, hautaine voire agressive « T’es trop nul, t’es un incapable, pousse-toi de là que je le fasse » ou « T’es trop nul, fais comme je te dis et pas autrement« .

C’est une position de dévalorisation ou de domination, d’arrogance vis-à-vis de l’autre.

La position -/- : Dans cette dernière position de vie, le manager a une image de lui-même et du reste du monde négative. Il considère qu’il n’a pas de valeur, mais les autres non plus. Il se montre méfiant, résigné, pessimiste et ne parvient pas à faire évoluer ses compétences ou celles de son équipe. Il fuit les problèmes et ne parvient pas à mener des relations ou des actions constructives. Cette position parait difficile à tenir pour un manager.

Les positions de vie varient en fonction des situations, du contexte, ou de l’interlocuteur. Elles reposent sur des croyances qui se sont installées dans l’esprit de chacun, en fonction de son expérience. La position de vie que le manager adopte influence ses comportements et ses relations avec son équipe. En prenant conscience d’une position de vie inappropriée, il s’accorde une opportunité d’être plus efficace, en régulant ses comportements et sa vision de lui et des autres.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.