Savoir dire non pour affirmer son leadership

Lorsque vous dirigez une équipe, il y a inévitablement un moment où vous allez devoir dire non à quelqu’un. Il peut y avoir différentes raisons à cela, mais en général, beaucoup de responsables d’équipe me disent qu’elle ne se sentent pas à l’aise pour le faire. Je vous propose de vous aider à gérer cette situation au mieux.

Tout d’abord, avant de rentrer dans les solutions, j’aimerai que vous preniez un moment pour réfléchir à ce qui vous gêne dans le fait de devoir dire non à l’un de vos collaborateur. En quoi est-ce un problème pour vous, qu’est-ce que vous imaginez quand vous le faites, qu’est-ce que vous vous dites ?

Quand je forme ou que j’accompagne des personnes qui prennent un poste d’encadrement, beaucoup me disent qu’ils craignent d’avoir une image négative, de paraître dur,  de ne pas être sympathique en disant non. Certains craignent qu’on le leur reproche, ou que cela entraine des conflits ou des tensions. Je suis également passé par là.

La bonne nouvelle, c’est que ces questions sont communes à beaucoup de personnes : cela montre que vous êtes attentives à l’ambiance dans votre équipe. Il faut prendre conscience qu’en tant qu’être humain, la relation avec l’autre est importante et qu’on a besoin de s’assurer que ça se passe bien. Pour que la relation soit saine, il faut savoir dire ce qui ne va pas.

Continuons un peu la réflexion : après avoir compris ce que vous craignez en disant non, posez vous la question suivante : « est-ce que j’ai une preuve logique de ça, qu’est ce qui me prouve que la personne ne va pas me trouver sympa, qu’on va me le reprocher, que cela va entrainer des conflits…. » Bien souvent, vous n’avez pas de réponse à cette question : ce que vous craignez est d’avantage une croyance, une inquiétude qui vous limite, plus qu’une vérité objective.

Pour dépasser cette limite, essayez de modifier votre point de vue : « en disant non, je ne fais que redonner le cap à quelqu’un qui s’en est éloigné », « c’est mon rôle de manager de fixer des limites », « je peux dire non et aider la personne à se responsabiliser », « je suis quelqu’un de sympa, mais parfois, je ne suis pas d’accord et je le dis »… A vous de trouver la phrase qui vous aidera à vous sentir un peu plus à l’aise.

Maintenant, passons à la méthode. Il peut y avoir plusieurs cas de figure qui nécessitent que vous disiez non à votre collaborateur.

  • Cas d’une tâche qui n’a pas été faite correctement :

Dans cette situation, vous allez rester factuelle : énoncez les faits sur lesquels vous n’êtes pas d’accord, rappelez ou expliquez ce que la personne doit faire à l’avenir de manière concrète. Assurez vous que votre interlocuteur est en phase avec ce que vous lui demandez. Dans cette situation, vous pouvez garder un ton neutre. En fonction du niveau d’autonomie de votre collaborateur, soit vous lui demandez de proposer des solutions, soit vous donnez des précisions sur ce que la personne doit faire. Il n’y a pas lieu de prendre un ton grave ou de s’énerver (sauf si vous lui avez déjà fait la remarque et que la personne persiste à ne pas vous écouter…).

  • Cas d’un comportement qui ne vous convient pas :

Il s’agit là de redonner le cadre de ce que vous attendez de la personne et de ce que vous ne voulez pas. Commencez par présenter la situation dans laquelle la personne n’a pas eu le comportement adéquat. Restez le plus factuel et concret possible, ne jugez pas la personne. N’hésitez pas à présenter les conséquences que ce comportement peut avoir sur le reste de l’équipe… Ensuite, expliquez que vous n’acceptez pas ce genre de comportement, et précisez ce que vous attendez. Ce cas peut nécessiter d’avoir un ton plus ferme, car il s’agit de recadrer la personne sur un problème de savoir-être. Mais fermeté ne veut pas dire agressivité. Prenez le temps de préparer vos phrases avant de voir votre collaborateur pour vous sentir à l’aise.

Savoir dire non en tant que dirigeant  est essentiel pour la bonne marche de votre équipe, et pour votre crédibilité. Cela vous permet de vous positionner et surtout de ne pas tomber dans des relations inappropriées avec votre équipe : c’est vous le boss quand même. Prenez du recul et progressivement cela deviendra plus naturel.

Je vais mettre en ligne très bientôt, un ebook détaillant les différents entretiens à mener en tant que manager, vous y trouverez d’avantage de détails.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.